L’atelier microbiote ? On en parle encore !

Samedi 12 janvier 2019 à l’école de voile, 11 participants sont venus découvrir le « microbiote » et partager des recettes dans le cadre d’un atelier animé par Annick Vandermersch (Docteur en médecine), Corinne Roland (nutritionniste), Sylvie Bléas (pharmacienne) et Joëlle Lecherbonnier (pharmacien biologiste).

Mais c’est quoi au juste le microbiote ?

Quelques 100 milliards de bactéries vivant en parfaite harmonie dans notre intestin depuis notre naissance. Façonné et diversifié par notre environnement (allaitement, alimentation, hygiène…), le microbiote est unique, reflet de notre moi et de notre bien-être. Il est le premier rempart contre l’invasion des bactéries pathogènes, il nous aide à digérer, fabrique des enzymes, des vitamines et est en lien permanent avec notre système immunitaire.
Préservons-le !

Véritable écosystème intestinal, le microbiote doit être préservé par une bonne alimentation.
De forts déséquilibres (antibiotiothérapie, diarrhées aigües, stress…) peuvent être rétablis par une supplémentation en « probiotiques », microorganismes vivants favorables à la flore intestinale. Mais son équilibre peut être tout simplement maintenu par une alimentation quotidienne riche en fibres (« prébiotiques  » : légumes, fruits, céréales complètes) et par la consommation d’aliments fermentés. Très riches en bactéries lactiques vivantes (« probiotiques »), les aliments fermentés favorisent l’équilibre de notre flore intestinale et permettent une meilleure assimilation des nutriments.
Multiculturelle, la lacto-fermentation est une technique ancestrale, économique et écologique de transformation et conservation des aliments, tout en préservant voir augmentant leurs qualités nutritionnelles et leur saveur. Pour ne citer que les plus connus : laits fermentés, choucroute, sauce soja, citrons confits, kéfir, pain au levain … mais aussi plus exotiques : kimchi, doenjang, miso, kombucha, zha cai, tempeh…

Les aliments fermentés reviennent en force dans nos cuisines… Ils sont vivants, agissent sur notre écosystème intestinal et jouent un rôle majeur sur notre santé. A consommer sans modération !
C’est la saison des navets, des choux (blanc, rouge), cuisinez les fermentés et… chouchoutez votre microbiote !
Pour aller plus loin :
Chouchouter son microbiote
Aliments fermentés-Kimchi
Recette kéfir
Ca fermente
Le charme discret de l’intestin. Giula Enders, Edition Actes Sud
L’art de la fermentation. Luna Kyung et Camille Oger, Editions La plage


La mer a des bleus à sa faune

Moins c’est gros, plus c’est toxique

Un nettoyage de plage efficace ce matin de février.

Oui, mais non.

Oui, Une vingtaine de volontaires ont profité d’un soleil radieux pour retirer plus d’une vingtaine de kilos de déchets ce matin. Tout ce qui est enlevé de la plage ne repartira pas à la mer se fractionner en mini déchets puis en micro-particules.

Non, car une étude parue récemment et insuffisamment relayée, à mon avis, montre où est le véritable danger pour les poissons.

L’iconographie, ci-dessous tirée de l’étude, en anglais ici, montre le résultats du contenu de l’estomac de 50 mammifères échoués sur les côtes britanniques.

En a – la taille des micro-plastics retrouvés dans ces pauvres bêtes. (no comment)
En b – la répartition par couleur de ces microparticules : Le bleu l’emporte à 42%, suivi du noir (26%). Les mammifères avalent surtout des plastiques de ces deux couleurs. Ce sont donc les premiers déchets à repérer et à éliminer en urgence.
En d – A 61% on trouve du nylon – filets, bouts, fil à pêche – suivi à égalité du PET poly(téréphtalate d’éthylène) utilisé, entre autres,  pour les bouteilles de boissons gazeuses – et du polyester (fibres Tergal, Dacron, etc.)
En c – un comparatif fibre versus fragments selon la taille (no comment)

Micro plastics dans le ventre de mammifères marins échoués sur les côtes britanniques (Nelms – 2019)

Ne nous décourageons pas à la lecture de cette étude :

  • Tout déchet qui ne repart pas dans l’océan est une source d’empoisonnement de moins.
    Augmentons nos efforts pour retirer les petits fragments avant qu’ils ne se transforment en micro-particules : des morceaux de bouts de 3 cm sont aussi dangereux, si ce n’est plus, que des morceaux dix à vingt fois plus gros.
  • N’hésitons pas à viser tout ce qui est bleu, vert ou noir.

Avec les efforts de chacun, il est encore temps de sauver les océans.

Merci à tous les volontaires qui ont donné de leur temps ce matin. Et au mois prochain.

 


Pas de galettes, mais beaucoup de bras !

Les rois mages étaient tous là !!

Un dimanche d’Epiphanie (et pas de p’tite Fanny comme on l’entend parfois) sans vent et en marée montante.

Un temps à se baigner sans combinaison pour certains, et pour d’autres, l’occasion de prendre un bon  bol d’air en ramassant les déchets de Lion-sur Mer à Hermanville.

Pour cette première de l’année, Lion-Environnement a été renforcée généreusement par des amis venus d’Hermanville, Ouistreham et même Caen. Saluons l’initiative de Nénette qui a référencé notre action sur le site « On Va Sortir » (OVS pour les intimes) et amené ainsi beaucoup rois mages (et de reines mages).

Et qu’ont trouvé d’extraordinaire nos rois et nos reines ?

Un lion, ce qui est logique à Lion-sur-Mer.

A part ce lion, il y avait les restes d’un bouquet de fleurs (en plastique  ;-((  )

Et en fin de parcours nos amis d’OVS ont offert des boissons chaudes et des douceurs, comme quoi les rois mages ne sont pas venus les mains vides.

On se donne rendez-vous dimanche prochain à Ouistreham à 11h00
et le premier dimanche de février  à Lion

 


Tous à vos sacs, dimanche on nettoie la plage

Premier nettoyage de plage de l’année 2019 !!! Bon bol d’air garanti après les fêtes de fin d’année.

(Ouest-France 4-01-2019)