Que d’algues, que d’algues!!

Sortie découverte des algues samedi 18 mai

35 personnes ont participé à la sortie sur les algues animée par Isabelle Mussio, algologue à l’Université de Caen.

Le groupe au complet

La sortie a débuté sur l’épi où se développent un gazon d’algues fines vertes (entéromorphes) et quelques individus de Fucus spiralis. Sur l’épi se trouvent également quelques pieds de l’algue rouge Porphyra, plus connue sous le nom de Nori. Plus bas sur l’estran seuls les secteurs de platiers rocheux sont favorables à la fixation des algues et diverses espèces peuvent être observées dans les trois groupes d’algues (algues vertes, rouges et brunes). Une large ceinture de Fucus serratus, algue brune des plateaux de fruits de mer et des bourriches d’huîtres avec Fucus vesiculosus (plus rare sur notre estran) est bien visible. Elle marque le niveau de la mi-marée.

Algue laminaire

On peut y observer l’algue rouge Chondrus crispus (ou Pioca), avec sa forme hémisphérique rappelant les bonnets de bain des années 60, les ulves vertes ou laitues de mer, l’algue rouge palmée (Palmaria palmata ou Dulse) et les premières laminaires sucrées (Saccharina latissima ou Kombu) dont les champs se localisent en dessous des plus basses mers (niveau infra-littoral). On trouve dans les secteurs sablo-vaseux et toujours en eau les longs cordons de l’algue rouge Gracilaria gracilis. Mais ce qui a le plus surpris, c’est l’ampleur des champs de sargasses, algues brunes pouvant atteindre plusieurs mètres de long, qui explosent en recouvrant les platiers sur de grandes surfaces. Cette algue japonaise introduite avec l’importation de naissains 

Sargasse

d’huîtres japonaises au début des années 70s semblait s’être intégrée dans la flore algale après une phase invasive. L’épisode de cette année montre qu’elle est encore capable de dynamique explosive.

Les algues sont utilisées dans l’alimentation humaine avec une consommation importante par les asiatiques sous forme de légumes. Nous avons observé l’algue rouge Porphyra que les asiatiques produisent d’abord en bassins puis en mer pour la confection des sushis (feuilles de Nori). En France, les algues sont avant tout exploitées pour leurs gélifiants (carraghénanes, agar-agar et alginates) identifiables dans les ingrédients de nombreux produits dont les crèmes desserts, glaces, plats cuisinés…. mais aussi dans l’industrie pharmaceutique, nutraceutique et cosmétique (dentifrices par ex…) sous les codes E401 à E 405 pour les alginates, E406 pour l’agar-agar et E407 pour les carraghénanes. Les algues sont également exploitées dans le domaine de l’agrofourniture en tant que produits phytosanitaires, engrais ou aliments pour bétails.

Certaines espèces d’algues de nos côtes sont comestibles et autorisées pour la consommation humaine mais elles absorbent sur toute leur surface les éléments chimiques de l’eau de mer qui dans la baie de Seine comprennent des éléments polluants.


Lion se met au vert…au pied des murs.

Lancement réussi du projet « Lion sur Mer Au Pied du Mur » au cours de la soirée film/débat vendredi soir 10 mai, avec un cinéma Le Trianon affichant complet (84 participants). Après la projection du film de lolande Cadrin-Rossignol, qui nous interpelle sur la biodiversité aujourd’hui menacée, avec la participation de Hubert Reeves entouré de nombreuses personnalités,  Sylvain Girodon du CREPAN et de l’association « Caen Au Pied du Mur » a pu animer de façon très dynamique et enthousiaste le débat autour de la biodiversité et parler de ce projet « Au pied du mur » déjà lancé à Caen.

Le projet va pouvoir maintenant démarrer à Lion sur Mer et il ne reste plus qu’à trouver de nombreux ambassadeurs de rue afin de « verdir » notre commune et de façon symbolique, à l’aide des petits pieds verts, peser sur les grands de ce monde pour…les mettre au pied du mur et enfin agir !!


La terre vue du coeur

Lion-Environnement vous informe

Le 10 mai à 20H30 au cinéma Trianon de Lion-sur-Mer

Après la projection du film

La Terre Vue du Coeur
de Hubert Reeves et Iolande Cadrin-Rossignol

vous pourrez échanger avec les animateurs de Caen Au Pied du Mur et les membres de LIon-Environnement pour en savoir plus sur cette opération de revitalisation de nos villes et villages.


Les ateliers participatifs….suite, mais pas fin

Une quarantaine de futurs jardiniers s’est retrouvée dimanche 31 mars à 9h30, à la salle du Clos Baron.

Il s’agissait de poser les bases du « vivre ensemble sur le jardin partagé »

Café et thé, chouquettes et petits gâteaux ont accueilli les participants. Des étiquettes de couleur distribuées au hasard ont permis de constituer des groupes qui ont réfléchi et énoncé les valeurs dont le jardin est porteur : la tolérance, le respect, la solidarité, le partage, la convivialité sont des mots qui sont souvent revenus.

Cette rencontre nous a aussi permis de nous mettre d’accord sur le montant de la cotisation des futurs jardiniers. Collectivement, nous avons choisi une fourchette allant de 10 à 50 euros, selon ce que chacun estime pouvoir mettre.

Nous souhaitions commencer à jeter les bases de notre future organisation, et beaucoup de points importants relatifs à celle-ci ont été soulevés. Les bases sont jetées, il faut approfondir et veiller à être le plu exhaustif possible. On continue…

Enfin, le partage des parcelles individuelles a été amorcé, mais pas finalisé et son organisation harmonieuse et satisfaisante pour chacun se poursuit.

             Les mots pour le dire


WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com