Covid19-Masque

Covid19 et Lion-Environnement

Category : activités , actualités

Dernière Info 23 mars 12:00
Communiqué de la Mairie de ce jour (si vous ne l’avez pas trouvé dans votre boite à lettre)

Informations précédentes
La digue et sa contre-allée, ainsi que
la plage sont fermés au public
Les établissements suivants sont aussi fermés au public
– Trianon – Bibliothèque – Gymnase – Salle du Clos-Baron – Terrain de Foot et vestiaires – Ecole de Voile – Local d’association « Annexe de la Mairie » – Ecoles (sauf lieux d’accueil des enfants des personnels soignant
Les arrêtés municipaux sont ici

Retrouvez la liste des plages voisines fermées

Info à Partager 20 mars 15:00
Ramassage des déchets à Lion sur Mer – Modification des tournées
Semaines paires – Ordures ménagères
Semaines impaires – Sacs Jaunes
Pas de collecte des Déchets verts

Déchetteries fermées.

Chers adhérents
Compte tenu de la situation sanitaire actuelle nous avons pris un certain nombre de décisions pour nos différentes activités. La situation est sérieuse et il nous faut respecter les consignes gouvernementales et se montrer solidaires pour les plus faibles durant le temps
En tant qu’association nous devons aussi nous montrer exemplaire.

Les « gestes barrière » doivent absolument être mis en application quel que soit l’endroit :

  • Se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon (en complément du lavage, utiliser une solution hydro-alcoolique permet de désinfecter les mains)
  • Ne pas se serrer la main, ni se faire la bise pour se saluer.
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique pour se moucher, puis les jeter dans une poubelle idéalement fermée et se laver les mains. 
  • Éternuer ou tousser dans le pli du coude pour éviter de contaminer ses mains, vecteur majeur de transmission des microbes.
  • Se tenir à une distance d’au moins 1 m l’un de l’autre.
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts. 

Les décisions par activité sont les suivantes :

  • AMAP: l’activité AMAP est maintenue car c’est un déplacement pour raison alimentaire qui est tout aussi justifiable, voire plus, qu’un commerce de proximité et par ailleurs cela permet de maintenir l’activité de nos producteurs et de ne pas les pénaliser. Cependant il nous faut être aussi organisés que les magasins d’alimentation afin d’être irréprochables et de pouvoir poursuivre les distributions. La procédure adoptée est celle que Corinne va renvoyer modifiée et déjà appliquée en partie la semaine dernière. Elle sera rappelée aux Amapiens chaque semaine et adaptée suivant les produits distribués. A part les producteurs de viande, tous les autres livrent avant la distribution et il n’y a donc pas de contacts avec eux. Lorsque le temps le permettra la distribution se fera dehors, la plage horaire sera agrandie, il sera demander de s’inscrire pour que les passages soient régulés et de bien respecter la distance de sécurité entre deux personnes….voir tout les détails dans la procédure préparée par Corinne. Nous vous demandons d’être prudents et de faire en sorte que le système plus en self-service que d’habitude fonctionne bien afin de minimiser les rencontres et contacts d’un peu près. N’oubliez pas de vous munir de votre attestation dérogatoire de déplacement et d’une pièce d’identité.
  • Jardin Partagépas de rassemblement organisé par Lion Environnement sur le Jardin Partagé. La gendarmerie de Ouistreham et la police municipale contactées, ont fait la même réponse : les consignes relatives au confinement n’autorise pas une sortie à caractère de « loisir », même si le terrain du JP est grand, qu’on est espacé et que le risque est minimum. Mais la ligne de conduite des autorités est que tout le monde a une bonne raison de sortir et que si on laisse faire, le but visé par le confinement tombe à l’eau et le virus continue à circuler.La première phrase du décret est claire: « Les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d’être munis d’une attestation …. : » Par conséquent les visites au JP sont interdites, au moins pour l’instant.
    Cela a le mérite d’être clair. Là encore il nous faut être une association exemplaire sinon le Jardin sera fermé.
  • Nettoyage de plage: le nettoyage du dimanche 5 avril est annulé.
  • Inauguration du composteur collectif du samedi 28 mars: reporté 
  • Film/Débat: le cinéma est fermé jusqu’à nouvel ordre

Nous continuons à préparer les événements situés plus loin dans le temps (mai, juin, septembre) et comme chacun d’entre vous, nous nous adaptons à la situation.

En fonction de l’évolution de la situation nous actualiserons cette page.

N’oublions pas également que nous sommes pour la plupart en forme mais que dans notre entourage nous avons des personnes plus à risques. Il nous faut les protéger et ménager également le personnel médical qui est surchargé actuellement.

C’est un moment particulier à passer mais il y a beaucoup de gens qui vivent des situations autrement difficiles (Migrants de Ouistreham, Réfugiés aux frontières de l’Europe, ….)
Bon courage à tous et prenez soin de votre santé.
Cordialement.
Le CA de Lion Environnement


Coupable : L’Homme ou la Chauve-souris ?

Un article de CNN Health du 20 mars 2020 explique comment -et surtout pourquoi – les virus se transmettent de la chauve-souris à l’homme.
Des scientifiques, dont Andrew Cunningham, professeur d’épidémiologie de la faune sauvage à la Société Zoologique de Londres, expliquent les phénomènes suivants :

La chauve-souris héberge naturellement un certain nombre d’agents pathogènes, dont des coronavirus. Actuellement, il n’est pas encore prouvé que le Covid19 vient des chauves-souris, faute d’avoir pu les tester, mais la suspicion reste forte. La chauve-souris est le seul mammifère volant. Cette activité physique intense, marquée par des pics de température pendant le vol et la quête de nourriture, a conduit son système immunitaire à se spécialiser. Les pathogènes se sont adaptés à ces pointes de température pour résister.

Tant qu’il n’y a pas de contamination inter-espèces, tout va bien. Mais quand la contamination touche l’homme, le mécanisme naturel de défense de l’homme que constitue la fièvre, ne suffit pas à éliminer un pathogène capable de supporter de fortes températures.

Pourquoi et comment la contamination touche-t’elle l’humain ?
Tout simplement par effet de débordement zoonotique causé par l’activité humaine. La déforestation et la chasse stresse la chauve-souris outre-mesure, entraînant une infection de l’animal qui excrète en masse les pathogènes qu’il héberge. Et bingo !!!
Si la chauve-souris excrète ses pathogènes sur d’autres animaux vivants (par exemple dans un marché) et sur les humains qui voisinent ces animaux, la transmission inter-espèces démarre.
En ajoutant à cette contamination, la vitesse des transports, on a une pandémie là où dans le passé on aurait peut-être une épidémie localisée.

Deux leçons que l’humanité doit tirer – et rapidement de préférence
Les chauves-souris ne sont pas responsables de la pandémie. Elles risquent même de nous apprendre comment réagir à ces pathogènes
Notre mode d’interaction avec le milieu naturel (déforestation, chasse et transports rapides) est le seul facteur de transformation d’une épidémie en pandémie. C’est la première fois que les dommages causés à l’environnement tuent aussi vite des humains. Et faute d’action rapide, cela risque de se reproduire car il y a encore des milliers de virus à découvrir dans les populations animales, avec lesquelles nous interagissons de plus en plus en dégradant les habitats naturels.

Le mot de la fin revient à Kate Jones, de la chaire d’écologie et de biodiversité à University College de Londres :
« Il n’est pas bon de transformer une forêt en zone agricole sans comprendre l’impact sur la séquestration du carbone, le risque d’inondations et la survenance de maladies« 


Des murs en terre crue…qui l’eut cru!

Courant mars un petit groupe de jardiniers du Jardin Partagé est allé rendre visite au Parc du Cotentin et du Bessin et visiter sa Maison située près de Carentan, afin de tout connaitre sur la construction de murs en terre crue. Le groupe a été très bien accueilli par l’architecte du parc qui sera un bon contact pour nous conseiller à l’avenir afin de mettre en oeuvre certains de nos projets sur le Jardin Partagé.

Bref survol de notre journée avec ces photos de terre crue.

Les marais du Cotentin et du Bessin offre une des plus importante concentration d’architecture en bauge, technique de terre crue . Le Parc Naturel Régional du Cotentin et du Bessin a depuis sa création initié des actions afin de sauvegarder cette architecture en terre crue.

Voici un courte illustration animée:

La technique de la terre crue (clic sur la photo)

Imidacloprid vs Bees

Les néonicotinoides réduisent le dévelopement cérébral des bébés abeilles

Une étude publiée le 4 mars 2020 dans la revue britannique The Royal Society Publishing – Biological sciences (revue à comité de lecture) présente un résultat préoccupant.
L’imidacloprid (un néonicotinoide) entrave le développement cérébral des abeilles pendant leur stade larvaire et leurs premiers jours de développement. Les abeilles butineuses introduisent le toxique dans la ruche avec le nectar qu’elles rapportent. L’article (texte intégral en anglais ici) détaille les expériences menées pour aboutir à cette conclusion.

Plus en détail, les chercheurs ont testé les capacités d’apprentissage de populations d’abeilles exposées au néonicotinoide à divers stades de leur développement. Les abeilles exposées au produit répondent moins bien qu’une population témoin, protégée du produit. Elles ont significativement de plus grosses difficultés d’apprentissage que la population témoin. Cela les rendra moins efficaces et met en péril la survie d’une ruche.

Les chercheurs ont aussi procédé à des tomographies du cerveau des abeilles pour découvrir si des zones étaient impactées.
Ils ont constaté qu’une des cinq zones étudiées (calyces lobe) était significativement plus petite que dans la population témoin. Les autres zones n’étaient pas significativement réduites, même si elles l’étaient quelques peu.

En conclusion (je résume)

  • sur la population témoin, plus le lobe calycal est gros meilleur est l’apprentissage,
  • sur les populations intoxiquées, le handicap d’apprentissage est indépendant de la taille du lobe calycal,
  • quelle que soit la période d’exposition des abeilles (larves ou jeunes adultes) au produit, et la durée d’exposition, les trois premiers jours du stade adulte, (quand les abeilles apprennent leur comportement d’abeilles) sont critiques. Une exposition au néonicotinoide dans cette fenêtre est suffisant pour handicaper définitivement leur apprentissage.
  • les abeilles handicapées ne récupèrent jamais au cours de leur vie les capacités perdues,
  • on commence à comprendre pourquoi les colonies d’abeilles diminuent de taille trois semaine après avoir été exposées aux néonicotinoides dans la nature.

Ce que dit Wikipédia de l’imidaclopride


WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com