Survivre à une extinction de masse pour disparaitre à la suivante ?

Alerte à la 6ème extinction !

La cinquième extinction animale (65 millions d’années – Crétacé – tertiaire) a vu disparaitre les grands dinosaures. Les oiseaux (de la famille des dinosaures), les crocodiliens et les insectes ont survécu. Tout sur les cinq extinctions ici.

Une méta-étude, parue dans Biological Conservation,  compile 73 études de terrain sur les évolutions de populations d’insectes. Ils avaient survécu à la cinquième extinction, disparaitront-ils à la sixième ?

Faits

41 % des espèces d’insectes sont sur le déclin et un tiers d’entre elles sont menacées d’extinction.
Le taux de diminution des populations d’insectes est huit fois plus rapide que celle des populations de mammifères, d’oiseaux ou de reptiles.
Avec une diminution de 2,5% par an, il faudra moins d’un siècle pour une extinction totale.

Causes

La principale : la disparition des habitats naturels du fait de la conversion à une agriculture intensive.
Viennent ensuite la pollution par l’agro-chimie, l’apparition d’espèces invasives et (ou en cause  ) le dérèglement climatique.

Conséquences

A vous de deviner ce qui va se passer quand les pollinisateurs auront disparu, que les insectivores n’auront plus rien à se mettre dans le bec ou la gueule…..

Illustration

Infographie: Le déclin massif des insectes menace les écosystèmes | Statista

 


La mer a des bleus à sa faune

Moins c’est gros, plus c’est toxique

Un nettoyage de plage efficace ce matin de février.

Oui, mais non.

Oui, Une vingtaine de volontaires ont profité d’un soleil radieux pour retirer plus d’une vingtaine de kilos de déchets ce matin. Tout ce qui est enlevé de la plage ne repartira pas à la mer se fractionner en mini déchets puis en micro-particules.

Non, car une étude parue récemment et insuffisamment relayée, à mon avis, montre où est le véritable danger pour les poissons.

L’iconographie, ci-dessous tirée de l’étude, en anglais ici, montre le résultats du contenu de l’estomac de 50 mammifères échoués sur les côtes britanniques.

En a – la taille des micro-plastics retrouvés dans ces pauvres bêtes. (no comment)
En b – la répartition par couleur de ces microparticules : Le bleu l’emporte à 42%, suivi du noir (26%). Les mammifères avalent surtout des plastiques de ces deux couleurs. Ce sont donc les premiers déchets à repérer et à éliminer en urgence.
En d – A 61% on trouve du nylon – filets, bouts, fil à pêche – suivi à égalité du PET poly(téréphtalate d’éthylène) utilisé, entre autres,  pour les bouteilles de boissons gazeuses – et du polyester (fibres Tergal, Dacron, etc.)
En c – un comparatif fibre versus fragments selon la taille (no comment)

Micro plastics dans le ventre de mammifères marins échoués sur les côtes britanniques (Nelms – 2019)

Ne nous décourageons pas à la lecture de cette étude :

  • Tout déchet qui ne repart pas dans l’océan est une source d’empoisonnement de moins.
    Augmentons nos efforts pour retirer les petits fragments avant qu’ils ne se transforment en micro-particules : des morceaux de bouts de 3 cm sont aussi dangereux, si ce n’est plus, que des morceaux dix à vingt fois plus gros.
  • N’hésitons pas à viser tout ce qui est bleu, vert ou noir.

Avec les efforts de chacun, il est encore temps de sauver les océans.

Merci à tous les volontaires qui ont donné de leur temps ce matin. Et au mois prochain.

 


Sous tes pieds, il y a une vie

La vie à 3.000 m de profondeur

L’Union Américaine de Géophysique a publié un article de synthèse sur les découvertes faites par différentes équipes qui ont foré le sol jusqu’à 5.000 m de profondeur sur terre, et jusqu’à 2.500 m sous le plancher océanique.

Et qu’ont-ils trouvé ? De la vie…

Ça grouille là-dessous : des bactéries, des archées (ex archéobactéries) et des eucaryotes. Là où ces espèces vivent la température peut atteindre plus de 120°C et la pression avoisine les 400 atmosphères. Bref nous pouvons jeter à la poubelle des non recyclables nos vieilles idées sur les limites de la vie.

Le site de l’Union Américaine de Géophysique qui traite de ces découvertes.

Et pour ceux qui lisent l’anglais un lien vers l’article de synthèse 


Le plastique tue la mer

Un petit graphique pour avoir les idées claires

Merci à Statista
Infographie: Le plastique peut mettre 600 ans à se dégrader dans l'océan | Statista Vous trouverez plus de infographies sur Statista

No comment !


WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com