Qui veut de la bonne terre ?

Tous les astres sont alignés pour le jardin partagé.

La mairie nous l’a confié, les futurs usagers sont dans les starting-blocks, top départ :

Dimanche matin, 9h30, par un temps maussade (on est  fin novembre), une trentaine de personnes se sont retrouvées sur le terrain du futur jardin partagé. Objectifs :

  • planter la haie qui nous séparera de la route et des cultures environnantes (pas vraiment bio). Chacun avait apporté son matériel, pelle, bêche, sécateurs, bidons d’eau de pluie, brouettes et les jeunes plants issus des boutures réalisées l’an dernier à la même époque, lors de l’atelier bouture dans le parc de la mairie.
  • réaliser de nouvelles boutures car l’été dernier  de nombreuses boutures ont rendu l’âme, mais pas toutes, non plus.
  • enfin, débarrasser le terrain des gravats, gros cailloux et déchets variés afin de le faucher.

Le nombre de participants de tous âges nous a permis d’être organisés, méthodiques et efficaces. Nous avons fait tout ce que nous voulions faire dans une ambiance très chaleureuse. Thé, café, petits biscuits ont contribué à la chaleur humaine et à la convivialité. Rapidement toute la longueur de la future haie s’est couverte de plants variés, seringat, forsythias, sauges variées, romarin…. sont désormais alignés et prêts à affronter l’hiver. Le terrain est débarrassé d’une grande partie des gros gravats et de nouvelles boutures sont parties en nourrice pour prospérer avant d’être replantées.

Prochaines étapes :  fauchage du terrain pour lequel nous avons une proposition d’aide (merci) et redéfinition de l’aménagement du jardin pour pouvoir dans un premier temps implanter le chalet qui nous a été donné.

A bientôt pour la suite de cette belle aventure…

                                    satisfaction du travail bien fait collectivement.

 


Gilets jaunes, neige et champignons.

 

Mercredi 21 novembre, nous nous sommes retrouvés une vingtaine de personnes pour organiser un covoiturage, puis, emmenés par Philippe Letellier, nous avons gagné la foret d’Ecouves. Elle était magnifique, recouverte d’une petite couche de neige qui soulignait joliment les branches; mais revers de la médaille: il faisait très frais!

Pieds gelés dans les bottes, le panier à la main, nous avons scruté le sol, soulevé l’épaisse couche de feuilles mortes et interpellé les spécialistes (Philippe et Sylvie) sur l’intérêt des espèces trouvées. Un souci récurrent : que personne ne s’égare!

Les paniers se sont remplis principalement de chanterelles, de bolets et de quelques pieds de moutons. Un panier spécial « espèces à identifier »  fait bande à part.

Retour avant la nuit,  soirée épluchage de champignons et omelettes délicieuses dans un certain nombre de maisons.


Voici venu le temps des champignons

notre cueillette, peut être?

mercredi 21 novembre dès 8h, retrouvons- nous sur le parking du Carrefour market (covoiturage oblige). Nous irons dans la foret d’Ecouves, emmenés par Philippe, grand connaisseur des champignons.

munissez vous de bottes, d’un gilet jaune(la chasse est ouverte) , d’un panier et de votre pique nique.

Les inscription sur font sur le site de lion environnement et le nombre de participants est limité à 20. Voilà, vous savez tout.

En espérant que les champignons seront au rendez-vous!


A la recherche du bon titre

Category : activités , actualités , atelier

 

Une dizaine de personnes se sont retrouvées  , samedi 17 novembre, pendant 2h30, à la bibliothèque de Lion sur mer pour découvrir les secrets de l’écriture journalistique. Sylvie Le Calvez, directrice de publication de la revue Village, animait cet atelier.

Nous avons fait connaissances avec les brèves(en voici une), les articles d’informations, les articles de commentaires, les titres, les intertitres, les chapeaux…et les chutes(ce n’est pas le plus facile). L’atmosphère était curieuse, studieuse et participative.

Ensuite est arrivé le temps des »travaux pratiques »: rédiger une brève sur ce que nous avons vécu. Exercice à chaud! Il faut se creuser les méninges pour être exhaustif et créatif.

Dans quelque mois, un nouvel atelier nous permettra d’avoir un regard critique sur notre production et de continuer, nous l’espérons, à progresser ensemble.