Que d’algues, que d’algues!!

Sortie découverte des algues samedi 18 mai

35 personnes ont participé à la sortie sur les algues animée par Isabelle Mussio, algologue à l’Université de Caen.

Le groupe au complet

La sortie a débuté sur l’épi où se développent un gazon d’algues fines vertes (entéromorphes) et quelques individus de Fucus spiralis. Sur l’épi se trouvent également quelques pieds de l’algue rouge Porphyra, plus connue sous le nom de Nori. Plus bas sur l’estran seuls les secteurs de platiers rocheux sont favorables à la fixation des algues et diverses espèces peuvent être observées dans les trois groupes d’algues (algues vertes, rouges et brunes). Une large ceinture de Fucus serratus, algue brune des plateaux de fruits de mer et des bourriches d’huîtres avec Fucus vesiculosus (plus rare sur notre estran) est bien visible. Elle marque le niveau de la mi-marée.

Algue laminaire

On peut y observer l’algue rouge Chondrus crispus (ou Pioca), avec sa forme hémisphérique rappelant les bonnets de bain des années 60, les ulves vertes ou laitues de mer, l’algue rouge palmée (Palmaria palmata ou Dulse) et les premières laminaires sucrées (Saccharina latissima ou Kombu) dont les champs se localisent en dessous des plus basses mers (niveau infra-littoral). On trouve dans les secteurs sablo-vaseux et toujours en eau les longs cordons de l’algue rouge Gracilaria gracilis. Mais ce qui a le plus surpris, c’est l’ampleur des champs de sargasses, algues brunes pouvant atteindre plusieurs mètres de long, qui explosent en recouvrant les platiers sur de grandes surfaces. Cette algue japonaise introduite avec l’importation de naissains 

Sargasse

d’huîtres japonaises au début des années 70s semblait s’être intégrée dans la flore algale après une phase invasive. L’épisode de cette année montre qu’elle est encore capable de dynamique explosive.

Les algues sont utilisées dans l’alimentation humaine avec une consommation importante par les asiatiques sous forme de légumes. Nous avons observé l’algue rouge Porphyra que les asiatiques produisent d’abord en bassins puis en mer pour la confection des sushis (feuilles de Nori). En France, les algues sont avant tout exploitées pour leurs gélifiants (carraghénanes, agar-agar et alginates) identifiables dans les ingrédients de nombreux produits dont les crèmes desserts, glaces, plats cuisinés…. mais aussi dans l’industrie pharmaceutique, nutraceutique et cosmétique (dentifrices par ex…) sous les codes E401 à E 405 pour les alginates, E406 pour l’agar-agar et E407 pour les carraghénanes. Les algues sont également exploitées dans le domaine de l’agrofourniture en tant que produits phytosanitaires, engrais ou aliments pour bétails.

Certaines espèces d’algues de nos côtes sont comestibles et autorisées pour la consommation humaine mais elles absorbent sur toute leur surface les éléments chimiques de l’eau de mer qui dans la baie de Seine comprennent des éléments polluants.


A la découverte historique des villas de Lion et d’Hermanville

Emmenée par Yannick Lecherbonnier, notre guide pour cette occasion mais expert en histoire du patrimoine, une bonne trentaine de personnes, résidents ou vacanciers s’est élancée sur la digue pour une excellente découverte historique des villas d’Hermanville et de Lion sur mer.

La mode des stations balnéaires au cours du 19eme siècle allait attirer des promoteurs et architectes pour bâtir au bord de l’eau des résidences d’été, de style différent et c’est en cela que la visite est riche, mêlant histoire et architecture.

Départ de La Brèche, créée par un promoteur, afin de laisser un accès aux habitants d’Hermanville pour récolter le varech notamment. Après avoir fait le tour de la place et des trois villas rescapées des bombardements, le groupe s’est élancé sur la digue jusqu’à Lion pour un tour de deux heures et demie.

Notre guide va nous faire découvrir les différents styles de construction utilisés et les différents matériaux: les pans de bois, avec l’introduction du faux pan de bois qui donne naissance au « style néo normand », le style augeron, la pierre calcaire, la brique, les décorations céramiques, les bow-windows, les chalets, les maisons doubles…dont quelques exemples ci-dessous pour donner envie d’aller soi-même rechercher les particularités:

la pierre de Caen et la brique en jouant avec des couleurs différentes (détail: les initiales du commanditaire gravées dans la pierre, John Kieffer):

l’utilisation de céramique décorative, les épis de faîtage de Bavent, les galets utilisés par l’architecte Guimard:

les chalets et maisons doubles:

Pour plus de détails voici quelques liens qui vous permettront d’approfondir votre connaissance de ce riche patrimoine, sans parler des différents livres publiés sur ce sujet:

https://www.hermanvillesurmer.fr/Les-villas_r42.html

https://lionsurmer.com/sejourner-et-decouvrir-2/decouvrir-lion-sur-mer/histoire-et-patrimoines/village-pittoresque/villas/

http://www.lion-hermanville-cpa14.net/index3.php?menu=villas_menuH&page=villas_accueil

https://www.ouest-france.fr/normandie/lion-sur-mer-14780/decouvrir-les-villas-dhermanville-lion-4052145

Bonne balade!!!


Gilets jaunes, neige et champignons.

 

Mercredi 21 novembre, nous nous sommes retrouvés une vingtaine de personnes pour organiser un covoiturage, puis, emmenés par Philippe Letellier, nous avons gagné la foret d’Ecouves. Elle était magnifique, recouverte d’une petite couche de neige qui soulignait joliment les branches; mais revers de la médaille: il faisait très frais!

Pieds gelés dans les bottes, le panier à la main, nous avons scruté le sol, soulevé l’épaisse couche de feuilles mortes et interpellé les spécialistes (Philippe et Sylvie) sur l’intérêt des espèces trouvées. Un souci récurrent : que personne ne s’égare!

Les paniers se sont remplis principalement de chanterelles, de bolets et de quelques pieds de moutons. Un panier spécial « espèces à identifier »  fait bande à part.

Retour avant la nuit,  soirée épluchage de champignons et omelettes délicieuses dans un certain nombre de maisons.


Voici venu le temps des champignons

Category : sorties nature

notre cueillette, peut être?

mercredi 21 novembre dès 8h, retrouvons- nous sur le parking du Carrefour market (covoiturage oblige). Nous irons dans la foret d’Ecouves, emmenés par Philippe, grand connaisseur des champignons.

munissez vous de bottes, d’un gilet jaune(la chasse est ouverte) , d’un panier et de votre pique nique.

Les inscription sur font sur le site de lion environnement et le nombre de participants est limité à 20. Voilà, vous savez tout.

En espérant que les champignons seront au rendez-vous!


WP2FB Auto Publish Powered By : XYZScripts.com